Il est interdit d'interdire

Publié le par B. Lisama

Il faut, je crois, être sacrément obtus

pour aller vandaliser une oeuvre d'art

momentanément installée en plein Paris...

 

C'est pourtant ce qui s'est produit la semaine dernière place Vendôme...

 

 

 Cette sculpture gonflable,

oeuvre de l'américain Paul McCArthy,

intitulée TREE (ARBRE),

24 mètres de haut,

installée momentanément place Vendôme,

avec toutes les autorisations nécessaires,

dans le cadre de la Foire Internationale d'Art Contemporain,

a été vandalisée, dégradée,

dans la nuit de vendredi à samedi dernier

et l'artiste, physiquement agressé un peu plus tôt

a décidé de ne pas la  réinstaller...

 

L'installation de "Tree" sur la très chic place Vendôme

avait déclenché une polémique,

la sculpture pouvant évoquer autant la forme

d'un sapin de Noël d'un vert bien vif

que celle d'un "plug anal", comme en convenait lui-même l'artiste.
 

ce qui avait valu entre autres

un tweet du mouvement Printemps français

 "Place Vendôme défigurée ! Paris humilié !"

 

Allons bon !

 

 la pensée unique en Art  ?

 

On peut ne pas apprécier l'esthétique de Beaubourg ...

 

 

ou des colonnes de Buren,

 

 

le mélange de l'ancien et du contemporain, en art comme en architecture,

peut ne pas plaire... 

 

Mais de quel droit vandaliser telle ou telle oeuvre ?

 

NAVRANT

                                   AFFLIGEANT

 

                                                          TRES INQUIETANT

 

Les détracteurs de l'oeuvre de McCarthy

voyaient en cette oeuvre

non un sapin  de Noël mais un sex toy gigantesque !

 

Mais devant une oeuvre d'art,

chacun ne voit-il pas ce qu'il veut

et surtout  ce qui l'obsède ?

 

"Qui se sent morveux, qu'il se mouche !"

 

Ainsi notre Tour Eiffel, notre Dame de fer,

si décriée par certains lors de son érection,

pour l'Exposition Universelle en 1889

 

J'y voyais jusque là pour ma part

(naïvement ?)

un doigt  dentelé, pointé vers le ciel...

 

 

Mazette !! ne  devrais-je pas y voir autre chose ?

 

La liberté d'expression est bafouée

Quand on s'arroge le droit de détruire une oeuvre d'art.

 

La Sainte Inquisition va-t-elle ressusciter, et avec elle les autodafés ?

 

les Nazis en avaient renouvelé la pratique

et j'ai peur des mouvements actuels qui n'ont aucun esprit de

TOLERANCE

et qui répondent  par la destruction

à la création voire à la provocation d'un artiste !

 

IL EST INTERDIT D'INTERDIRE

 

 

A bientôt, lecteur(trice)

 

 


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marguerite 21/10/2014 08:26

Sommes-nous vraiment libres de penser, de "regarder", de rêver, d'admirer?
La question se pose. Et haut et fort, crions que nous ne nous laisserons pas influencer par une minorité a l'esprit étroit et si méprisable.