Slikke and Schorre

Publié le par B. Lisama

Mots barbares ? d'origine néerlandaise...

mais moins barbares que la réalité qu'ils recouvrent...

 

Attraction payante pour senior(e) pas trop amoché(e)

(mais pas trop souple non plus)

 

 

Annoncée par les copines comme une banale traversée de la baie de Somme

 

 

qui plus est à marée basse

6 kms...

Fastoche...

 

.....ou pas !!

 

on enfile bottes et chaussettes épaisses

 

Démarrage Tranquillou... vers les écluses

 

que tu aperçois au fond de la photo

au passage coup d'oeil  sur le Saint Antoine de Padoue 

 

 

et  en arrière sur  Le Crotois

 

 

jusqu'au moment où...

 

 

bottes inondées

on aborde le slikke et/ou le schorre...

vasières littorales

dont je te parlais plus haut.

 

Le schorre à peine herbeux mais traîtreusement glissant,

le slikke sable vaseux de consistance molle

dans lequel les pieds s'enfoncent avantageusement... 

 

effet ventouse garanti pour les bottes !

 

Mes souvenirs étant plus sensoriels que scientifiques,

pour des explications claires tu peux cliquer sur

http://www.ecosociosystemes.fr/schorre.html

 

Et donc, hop, tou(te)s pieds nus

et surtout sans se demander ce qui se cache dessous...

(ce que tes petits ou gros orteils peuvent écraser...)

 

et sans te douter non plus  

que tu vas laisser un ongle de gros orteil

dans le slikke... ou dans le schorre...

Surprise à l'arrivée !!

 

Tu n'auras pas de photos du trajet; j'avais autre chose à faire :

avancer DEBOUT,

suivre la troupe,

et éviter le plat ventre dans la glaise...

pas question de jouer les lutteuses de Fort Boyard.

 

Heureusement nous avions un guide  jeune et costaud

qui n'a pas abandonné les traînard(e)s du groupe

(pas comme un autre que nous avons croisé!)

et qui m'a tenue dans les "descentes"...

Eh non !! le fond de la baie n'est pas plat !!

 

Très intéressante étude de la flore

 

(et pendant les explications au moins on n'avançait pas ...)

 

la spartine, rhizomatique, sur la photo ci-dessus avec le guide

la salicorne,

l'oreille de cochon, l'aster maritime,

toutes plantes halophiles (donc des halophytes)

et donc adaptées au milieu salé,

bien évidemment, puisque l'estran qu'elles squattent

est la partie du littoral située

entre les limites extrêmes des plus hautes et des plus basses marées...

 

Les fin(e)s gastronomes les ont goûtées et appréciées.

J'en connais même qui en ont rapporté dans leur famille

pour la salade du dimanche soir.

 

La preuve en image...

 

 

Quant à la faune ce fut beaucoup moins riche...

Quelques mouettes et  goëlands  vus de loin

 

et quelques malheureux faux canards Boule de Gomme (les blettes)

 

Tu les reconnais ??? mes canards BdG10 !!!

 

Avec, en prime, vue et explications sur les cabanes des chasseurs nocturnes...

qui piègent les pauvres cols verts grâce à ces  blettes...

moyenne des prises : 1 canard pour 2 nuits de chasse.

 

La prochaine fois, les filles,

si je puis me permettre,   

il faudra prévoir la visite du parc de Marquenterre

et les jumelles pour les phoques

que nous n'avons cru voir que de loin, côté mer et à la tombée de la nuit...

Mais quel beau décor !

 

A bientôt , lecteur(trice),

pour le petit train et d'autres vues des villes de la baie...

 

Et en attendant tu peux regarder l'album photos baie de Somme

en cliquant sur

http://www.b-lisama.com/baie-de-somme.html

ou sur l'album lui-même,

toujours colonne de droite sur la page d'accueil du blog,

comme l'a déjà fait notre fine mouche de Janie

qui a ainsi compris que les canards de mon BdG 10

ne seraient pas utilisables à Noël...

Publié dans voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article