C'est LA Journée !

Publié le par B. Lisama

JOURNEE internationale des droits de LA FEMME

bien connue,

bien reconnue

-au moins chez nous-

célébrée sur tous les modes

Et tu  croyais que j'allais la rater ?

Non, lecteur-trice, tu n'y couperas pas, cette année non plus !

C'est LA Journée !
C'est LA Journée !
C'est LA Journée !
C'est LA Journée !
C'est LA Journée !
C'est LA Journée !
C'est LA Journée !
C'est LA Journée !
C'est LA Journée !
C'est LA Journée !
C'est LA Journée !

C'est aussi LA JOURNEE de l'AUDITION

ET pourquoi donc c'est-y le même jour ?

Je te le demande, lecteur-trice !!

Si tu sais pourquoi cette con-comitance

si tu vois un rapport,

si tu comprends un lien,

surtout dis-le moi !!

que je ne reste pas bête !!

Dommage qu'une cause aussi importante

se retrouve en pointe le même jour que celle de la femme !

c'est juste l' éclipse totale...

Célébrons donc les femmes et l'audition

en écoutant quelques beaux moments de chanson et de poésie

Ok, lecteur-trice, je m'arrête là avec mes chansons,

parce que je veux t'économiser...

 

Pour terminer quelques textes sur Mes Femmes

que j'ai écrits et que tu pourras éventuellement retrouver

avec bien d'autres dans le recueil

la Demoiselle de Saint-Denis

-je le dis pour les lecteur-trice-s récent-e-s

qui ne seraient pas au courant

les autres pardonnez-moi de vous envahir-

A te procurer (si cela te dit) sur Internet 

http://www.thebookedition.com/la-demoiselle-de-saint-denis-de-marie-andree-richard-p-121549.html

LE PILO

Fille du Soleil,

Fille de la Joie,

Mes filles de coeur,

Vous avanciez serrées,

Frêles mais  volontaires,

Duo de la triade monnétienne.

 

De l'autre côté de la rue

De l'autre côté du gué

Votre trottoir menait à gauche

Le mien m'emportait vers la droite

 

Et en vous regardant

Ainsi vous éloigner

J'aurais voulu vous dire

Combien vous m'êtes chères

Et combien je ressens

La chaleur de votre amitié

Dont je m'étonne encore.

 

Nul regret des copies

Des cours ni des élèves

 

Mais sur la rive du temps libre,

Je pensais avec nostalgie

Aux bons moments

Et aux  fous rires,

Aux soucis et aux affres

Que nous avons partagés

Et que je vous ai laissés.

 

 

Par bonheur les trottoirs

Ne sont pas des  parallèles...

A très bientôt

Fille du Soleil

Fille de la Joie

Mes Soeurs de Coeur                    

                                         14 novembre 2008

 

DAMIER

Brune et blonde

Aux vies en damier

De l'ombre à la lumière

De la lumière à l'ombre

Elles sont passées

Nos jeunes années

 

La vie est une quête

Galops et chevauchées   

Voulues ou obligées

Innocentes oeillères

Cabrements   douloureux    

Franchissements d'obstacles

 

La vie est un labyrinthe

Nous nous sommes perdues

Nous nous sommes rejointes

 

Que s'éloigne le crépuscule

Que s'éternisent nos retrouvailles

 

Brune et blonde

Aux vies en damier  

Nous avons  retrouvé

Une pièce égarée

Du puzzle de nos coeurs

                                                    

                                                         Novembre 2009

 

 

 COULEUR MIEL

Blanche femme des vastes horizons

Ma douce et chaleureuse amie

Au pays de neige et froidure

Nouveau Continent de tendresse

D'attentions et de gentillesse

 

Ma Rousse femme  Noire Nounou

Coeur battant jusqu'à s'épuiser

Pour que ton monde soit plus doux

Coeur nomade de Bordeaux à Ré

Coeur de révolte et de colères

Pour un monde plus solidaire

 

Ma Brune femme longiligne

Sage Pallas à longue natte

Ou Euménide vengeresse

Amie discrète et attentive

Rare palette de talents

Vibrante de métamorphoses

 

Bleue jeune femme au regard pétillant

Et Blanche Neige  à la joie contagieuse

Qui donnes tant, Fougue et projets

En impressions recto-verso

Sans te soucier de ton ego...

Vienne ton Avenir Charmant

 

Femme diaphane Vif argent

Tumultueuse au col fragile

Vésuve toujours bouillonnant

Qui m'attendait  pour me guider

Un jour noir sur un quai de  gare

 

 

Rouge mère Au bord de la brisure

Larmes dorées ou  acérées

Fragile et si forte à la fois

Qui offres ton corps et ta vie

Ta peine et tes souffrances

Au petit qui sera ta joie

 

 

Blonde femme des marches de l'Est

Coeur  accueillant au naturel,

Réparties  toujours enjouées,

Qui veut enfouir sous les sourires

Ses angoisses et chagrins secrets

 

Femmes claires de mon Ruisseau

Qui saviez toujours inviter

Questionner et puis écouter

Mine de rien Sans vous livrer

Oublieuses de vos  soucis

Vous m'avez si bien épaulée

 

Et vous Femmes multicolores

De mes randonnées papotantes

Des petits temps cafés-cinés 

Où l'on chasse les noires idées

 

Francine, Annie, Apo, Léti,

Véro, Isa, Françoise et cetera

Femmes-couleurs de ma vie

Mon précieux arc-en-ciel

C'est grâce à vous que je souris

Grâce à vous que je sais aimer

Et vous êtes ma Couleur Miel

                                     

                                 Décembre 2009

28/01/2014

 

Fini le dol de Rossignole !

 

Ma Rossignole a retrouvé

Son plumage et son ramage.

Ressourcée, revigorée,

Elle reprend son vol élégant

Vers les contrées de la vraie vie.

 

Rossignole a quitté mon col

Pour retrouver les oisillons

Qui l'attendent impatiemment,

Et pour pépier de plus belle

Avec son amie Tourterelle.

 

Et je guette de ma fenêtre,

Désoeuvrée, futilisée,

Le tournoiement de leurs ailes...

 

Vole, brillante Rossignole,

Au pays dont tu fus chassée.

Fini l'exil, fini le dol !

Beau voyage, chère Rossignole !

 

 

GRAND-MERES

 

On LES a dans nos gènes

On LES a dans nos coeurs

On LES a dans nos têtes

 

Qu'ELLES soient ou ne soient plus

ELLES nous accompagnent

En nous prêtant leurs gestes

Leurs traits ou leurs mimiques

Leurs mots ou leurs chansons

Et toujours ELLES nous manquent

MAINTENANT

Dis-le lui maintenant

S’il en est encore temps

 

Dis-le lui aujourd'hui

Dis-lui merci pour ta vie

 

Dis-lui son importance

Dans ta riche existence

 

N'attends pas la Saint Amour

Aujourd'hui c'est le jour

 

Mais Si ses bras ne sont plus là

Si les mots n'ont plus cours

 

Pense à elle simplement

Avec ton coeur d'enfant

 

Tu verras son image

Tu verras son visage

 

Tu l'entendras chanter

Tu l'entendras t'aimer

 

Au creux de son absence

Essaie de te blottir

 

Et dans l'odieux silence

Echangez vos sourires

 

                                02 juin 2012

A bientôt, lecteur-trice...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article