Confiné-e 7

Publié le par B. Lisama

Etat des troupes sur le front ce jour 

 

 

Confiné-e 7
Confiné-e 7
Confiné-e 7
Confiné-e 7
Confiné-e 7
Confiné-e 7
Confiné-e 7
Confiné-e 7
Confiné-e 7
Confiné-e 7
Confiné-e 7

Allez, on se remet au travail !

je te rappelle le devoir d'orthographe que je t'ai donné hier

 

Première constatation : 

Ceux-celles  qui m'ont rendu le travail se sont plutôt bien débrouillé-e-s

Mais il y a beaucoup de flemmard-e-s qui n'ont pas jugé utile de le faire...

 pas trouvé de fautes peut-être ? 

Et pourtant... 

Donc, ceux-celles qui n'ont pas fait le boulot, vous me copierez 5 fois l'autorisation de sortie du Covid19, sans cocher les cases ...

 

CORRECTION
Ligne 1 : peut-être. L'adverbe exige un trait d'union.

 

Ligne 3 : L'impression nécessite l'apostrophe.

 

Ligne 4 : se fout ; 3eme personne du singulier. terminaison T.

Ligne 8 : avec un accent grave. C'est l'adverbe de lieu, ni l'article, ni le pronom personnel.

Ligne 9 : on peut 3ème personne du singulier.Terminaison T

 

Approfondissement :

pour ceux qui ont bien fouillé leur devoir.

L'absence de la négation NE , n'est pas une faute d'orthographe, mais une incorrection de langue !

Voilà pour aujourd'hui...

Je sens que tu progresses bien !!

J'essaie de te trouver autre chose d'ici demain.....

Point trop n'en faut !!

A bientôt, lecteur-trice...

un peu de poésie ? Merci Cousin

                                          C’était  en MARS   2020

Les rues étaient vides, Les magasins fermés, les gens ne pouvaient plus sortir,

                                      Mais le printemps ne savait pas

Et les fleurs ont commencé à fleurir

Le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les hirondelles allaient bientôt arriver

Le ciel était bleu, le matin arrivait tôt.

                                   C’était en Mars 2020

Les jeunes devaient étudier en ligne et trouver des occupations à la maison.

Les gens ne pouvaient plus faire de shopping, ni aller chez le coiffeur.

Bientôt, il n’y aurait plus de place dans les Hôpitaux,

Les gens continuaient à tomber malades.

                                       Mais le printemps ne savait pas

Le temps d’aller jardiner arrivait, l’herbe verdissait.                                

                                       C’était en MARS 2020

Les gens ont été mis en confinement pour protéger les grands – parents, la famille et les enfants. Plus de réunion, ni repas, ni fête de famille.

La peur est devenue réelle et les jours se ressemblaient.

                                           Mais le printemps ne savait pas

Les pommiers, cerisiers et autres arbres  ont  fleuri, les feuilles ont poussé.

Les gens ont commencé à lire, à jouer en famille, apprendre une  langue.

Ils chantaient sur les balcons, en invitant les voisins à faire de même.

Ils ont appris à être solidaires, à se concentrer sur d’autres valeurs.

Les gens ont réalisé l’importance de leur santé, la souffrance de ce monde qui a dégringolé.

                                            Mais le printemps ne savait pas

Les fleurs ont laissé la place aux fruits,

Les oiseaux ont fait leurs nids,

Les hirondelles sont arrivées.

Puis, le jour de la libération est arrivé, Les gens l’ont appris par la télé

Le virus avait disparu

Les gens sont descendus dans la rue, chantaient, pleuraient, embrassaient leurs voisins, sans masques ni gants.

Et c’est là que l’été est arrivé, parce que le printemps ne savait pas

Il a continué à être là malgré tout,

Malgré le virus, la peur, la mort.

Parce que le printemps ne savait pas,

Il  a appris aux gens le pouvoir de la vie

Tout va bien se passer

Rester chez vous, protégez-vous et

VOUS PROFITEREZ DE LA VIE 

A bientôt, lecteur-trice...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article