Feu Vallotton

Publié le par B. Lisama

    imagesCAV0D9EI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Feu sous la Glace

 

c'est le titre de l'expo du Grand Palais

 

Expo réussie : thématique, claire, bien pensée...

 

Rien à redire

 

Quant au titre je trouve qu'il est bien choisi

 

la GLACE  oui... peinture glacée, glaciale 

 

imagesCAPLVVY4.jpg 

     

il y a du Hoper là-dedans ( formes, contours, mouvement...)

mais Hoper installé sur la banquise...

Et comme l'eau est noire, sinistre...

 

 

imagesCAJVK3XJ.jpg 

    Rendez-nous Ingres et sa sensualité, s'il vous plaît !

 

 

Le FEU ?

Le "feu" c'est aussi le mort !!

et je vais le descendre en flammes

car dans son oeuvre, pas de feu pétillant, ni même de braise rougeoyante.
Rien de vivace, rien de vivant.

    Même son tableau sur la guerre, 

pourtant haut en couleurs,    

ramène à une nature morte :

 

poivrons rouges et couteau...  

 

imagesCAFXANN4.jpg 

         

de la couleur, me diras-tu !!

 

par bonheur il y avait une explication à côté du tableau ...

(je te le disais, expo bien faite)

 

    Des tableaux  impressionnants de noirceur

 

imagesCAZHK7BV.jpg

     

 quand la couleur n'est pas froide, il s'interdit la lumière :

 

 

imagesCATGY9AI.jpg

 

imagesCABWN386.jpg

 

 

imagesCAYH0KF9.jpg

 

Oeuvre teintée du noir de son pessimisme

 

des autoportraits significatifs 

 

  imagesCAFVU3LM.jpg   Felix-Vallotton-Self-Portrait-at-20.jpg 

 

 

Très justes  les propos de ses contemporains

 

Apollinaire le qualifiant  de  "funèbre monsieur Vallotton"

 

et Jules Renard évoquant  sa peinture "d'une insignifiante tristesse de tapissier" 

 

imagesCA0YB8DA.jpg 

Ce peintre-photographe-écrivain, suisse naturalisé français,

et mort en 1925, 

    écrit dans son journal avec beaucoup de lucidité :

"j'aurai toute ma vie été celui qui de derrière une vitre voit vivre et ne vit pas"

 

Quoi de plus triste, n'est-ce pas, lecteur(trice) ?

   

    J'ai gardé le meilleur (ou le pire ? ) pour la fin...

 

Son rapport ambigu, trouble, glauque à la femme :

son malaise, son obsession, son ennemie, sa souffrance ??

Ceci explique son pessimisme

 

imagesCAXW83O7.jpg

 

 

  imagesCABEN1GB.jpg

 

 

    Comment peut-on être artiste, peintre, et ne pas aimer La Femme ?

être en lutte contre le féminisme naissant ?

 

Il écrit tout bonnement, en mode sérieux, dans son journal en 1918 :

 

"Qu'est-ce que l'homme a donc fait de si grave

qu'il lui faille subir cette terrifiante "associée" qu'est la femme ?"

 

    Les non-dits, les trahisons, et la solitude de la vie bourgeoise,

voilà la peinture de Vallotton,

et tu l'as compris, elle ne me convient pas.

 

imagesCA5238XL.jpg 

 

Foin de l'éducation religieuse 

qui veut la femme responsable et coupable de tous les maux

qui la maintient dans la dépendance de l'homme

   

Une exception cependant à mes critiques acerbes...

ses gravures sur bois d'une grande expressivité.

En noir et blanc et cela lui convient !

 

 

 imagesCAB5B1CW.jpg    

 

imagesCAY9R2NT.jpg 

 

En résumé,tu l'as compris, Vallotton ce n'est vraiment pas ma tasse de thé...

 

Pourtant dans mes articles, je suis plus souvent à encenser qu'à critiquer...  

    Mais là ça ne passe pas et voilà une semaine que la révolte  

monte et gronde  dans ma petite tête...

 

Je ne schtroumfe pas les peintres (ni les hommes) qui n'aiment pas les femmes  ! 

 

Et chez Vallotton, je n'aime ni l'homme ni le peintre.

 

Je préfère  (et de loin) Braque et sa peinture pourtant trop élaborée, trop savante pour moi...

 

Mais si tu n'as pas vu cette expo et si tu veux te faire une idée par toi-même  

tu as jusqu'au 20 janvier ... pour Vallotton

et seulement jusqu'au 06 janvier pour Braque !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Expos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article