L'Arc aux pieds de géant

Publié le par B. Lisama

Belle et émouvante cérémonie à l'Arc de Triomphe de l'Etoile ce matin

 

Et cela me rappelle plusieurs cérémonies dans ce même lieu auxquelles j'ai participé avec mes collègues  et nos élèves de 3ème ...  

 

Devoir de Mémoire spontané, ne devant rien à la hiérarchie,

je te le précise, lecteur(trice)...

rendu possible par la volonté et les efforts

de notre Annie-prof-coordinatrice-d'histoire,

et auquel nous accordions beaucoup d'importance.

 

La fanfare (celle de St Maurice Montcouronne) 

et les participants

étaient certes plus humbles que ceux d'aujourd'hui...

       

Mais,  pour nous enseignants,

il était très important de faire vivre le programme d'Histoire,

et, entre autres actions,

de transmettre à nos élèves

le Souvenir de ceux qui ont donné leur vie pour la France,

par le  ravivage de la Flamme du Soldat Inconnu.

 

Autant de moments qui sont restés gravés dans leur esprit 

 

   

Mon émotion je l'ai écrite il y a environ dix ans

(que le temps passe vite !)

après ma première participation à cette cérémonie place de l'Etoile

 

une cérémonie qui a lieu chaque soir

mais dont la symbolique prenait pour nous un caractère unique

 

J'y repense aujourd'hui pour t'y faire participer, lecteur(trice)

 

  Moment privilégié

 

Figés sur cet îlot ouvert à tous les vents

Qui gonflent les drapeaux, dans le recueillement,

Autour du catafalque à la flamme brillante,

Avec pour ciel de lit l’Arc aux pieds de géant,

Nous étions à la fois petits, émus, confiants.

 

La vie se déroulait mais le temps s’arrêtait…

 

Au-delà de l’Etoile et dans le soir tombant

Paris nous enserrait en ce jeudi brumeux

Avec ses avenues bruissantes, polyglottes,

Ses immeubles massifs et pourtant élégants.

 

La ronde des voitures tournait au ralenti,

Le bleu des gyrophares, le blanc des clignotants

Et le rouge des stops aux clins d’œil incessants

Dans un bourdonnement lointain et assourdi.


Et là bas, scintillante, en habit de lumière,

Surgissant au dessus des maisons et des arbres,

Doigt d’acier dentelé pointant vers l’avenir,

La Tour Eiffel semblait vouloir nous accueillir.


Troupe paisible, face au garde à vous des soldats,

Et riche du mélange des générations,

L’espace d’un instant nous rendîmes hommage

A ces hommes d’antan de qui nous descendions.

  

Publié dans Salle EG1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article