La mort n'est pas virtuelle, hélas !

Publié le par B. Lisama

Réflexions fort tristes aujourd'hui, lecteur(trice);

je n'ai pas vraiment le coeur à faire de l'humour.

Mais j'ai besoin d'évoquer des drames survenus ces jours derniers,

que la presse traite dans la rubrique "faits divers". 

   

Suicides d'ados, de collégiens ...

 

Des drames qui ne devraient pas exister

et qui plongent dans la douleur et la consternation

tous ceux qui,

de près ou de loin, sont concernés.

 

familles, "camarades" de classe, enseignants...

 

Voilà une dizaine d'années, j'ai vécu cette horrible situation

en temps que professeur principal d'un élève de 3ème

qui s'est donné la mort chez lui...

Il n'avait pas laissé de lettre, pas d'explications,  

il ne fut pas question de brimades, de harcèlement par des camarades.
N'empêche que tous, ados et adultes nous nous sommes sentis responsables

de cette vie gâchée... de ne pas avoir vu son mal-être, pas vu venir la tragédie.

 

Aujourd'hui la presse relate des suicides d'ados

notamment d'une petite Marion de 13 ans,

scolarisée à Briis-sous-Forges,

dans mon ancien collège.

   

Il est question de suicide après harcèlement et brimades

de la part de ... quel terme uiliser ? 

pas celui de "camarades" en tout cas....

disons d'autres ados... 

harceleurs manipulateurs, pervers... inconscients ? 

 

La fragilité de certains ados

et les conséquences des méchancetés accumulées 

sont incommensurables.

  

Nous, les adultes, nous devons tous nous en préoccuper.  

 

 

Je pense à la douleur des parents éplorés

qui se reprocheront à jamais  de n'avoir pas vu, pas senti, pas compris.

Peut-être, pour continuer à vivre, chercheront-ils à partager

avec d'autres le poids des  responsabilités ? 

 

Je pense aux professeurs ... effondrés devant cette tragédie.

 

Lourde tâche des enseignants :

inculquer un savoir à des ados réunis artificiellement en une classe 

et auxquels ils doivent très souvent rappeler

le respect de l'autre et les règles de la vie en société..

Et ils le font ! 

Souvent avec les moyens du bord, en cours, "sur le tas",

au fil des incidents connus,

et en cours d'Education Civique par le biais du programme;

avec des interventions supplémentaires au niveau de l'ensemble du collège...  

le problème du harcèlement est même abordé dans des conférences

par des intervenants externes...

 

    Et pourtant rien n'a empêché Marion de commettre l'irréparable.   

 

Harcèlement, brimades des enfants ou ados entre eux,

ce n'est pas nouveau et l'on sait bien que  les brimades

ne se font ni devant les profs ni, la plupart du temps, en classe.

Les couloirs, la cour de récréation, les abords du collège  

sont plus propices aux méchancetés et à la propagation des  rumeurs...

 

Et surtout, en dehors des établissements scolaires,

il faut savoir le rôle et le  danger des réseaux sociaux... 

 

Et là je clame la NOCIVITE de Facebook

sur lequel des rumeurs enflent et se répandent à toute allure.
   

Comment peut-on laisser des ados de 11 ans, âge de la 6ème,

avoir un compte Facebook

et y passer leur temps une fois sortis du collège ? 

   

C'est une réalité qui m'effraie depuis longtemps...

   

Ceux qui depuis leurs claviers, leurs téléphones ou leurs tablettes,

s'amusent à répandre les rumeurs,

en sont responsables et coupables...  

 

Cette méchanceté n'a rien de virtuel,

Il ne s'agit pas de jeu virtuel

mais de maltraitance, de souffrance  réelle

qui plonge les victimes dans le désespoir.

 

Il devrait y avoir une réglementation

plus contraignante pour les mineurs 

mais toute législation est sujette à contournement;

   

On clique sur un lien, on se donne un autre âge ... le tour est joué...

 

on peut jouer comme des grands... les mauvais instincts exacerbés

on peut écrire des saletés virtuelles ...

qui vont provoquer des dégâts bien réels... 

plus aucune limite !!!

 

Quelle souffrance pour la victime

qui se voit caricaturée, humiliée,

sur l'écran impersonnel

qui étale des saletés injurieuses...  

 

Parents, ne laissez pas vos enfants ouvrir un compte Facebook,

sous prétexte que leurs copains en ont un !!!

   

Ne vous laissez pas intimider par ce qui,

apparemment, se fait chez tel ou tel ...    

 

Vos enfants s'y retrouvent à la merci des pédophiles,

des racontars et rumeurs malveillantes...  

 

Ils se laissent amadouer, manipuler;

ils s'enflamment pour telle ou telle cause, 

ils craquent sous les injures,

les insinuations grossières et malveillantes.

 

Quelle que soit votre vie, prenez le temps

d'écouter, de discuter, de comprendre,

de surveiller, d'interdire, et  de rassurer...

pour que vos enfants ne se retrouvent

ni harcelés, ni harceleurs...

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Raisins verts

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Leti 17/02/2013 22:15


Effectivement. Malheureusement.

Sally 17/02/2013 15:30


Le problème dans cette histoire c'est aussi l'incompréhension de certains de ses amis. Peut-être qu'elle a été harcelée au collège, mais rare sont ceux qui l'ont vu dans ce cas-là. Ma petite
soeur était dans la même classe et elle a été complètement effondrée, elle ne comprend toujours pas le geste de Marion... et est énervée par ce quo'n raconte dans la presse. Ces hommages qu'on
lui rend, on  pourrait y voir de la culpabilité ou alors une tentative de deuil. Peut-être a-t-elle été harcelée par Facebook, la rumeur dit qu'elle a supprimé son compte avant le drame.
Mais quoiqu'il en soit il faut trouver une solution à ce fleau qui, j'ai l'impression, s'accroit d'année en année.