La première nuit...

Publié le par B. Lisama

           roman de Marc Levy
Oui ... bon... c'est du Marc Levy, du Marc Levy ordinaire...  donc rien à voir avec l'inoubliable Les enfants de la liberté ...  du même auteur mais à ranger dans la catégorie des Grands.
La première nuit  revenons-y ! du M.Levy, un pavé de 487 pages chez Robert Laffont, couverture glacée... c'est alléchant...
En fait, non ! seulement consommable :
un homme, une femme, comme dab, mixture épicée de péripéties à la James Bond :  des instruments sophistiqués, une pléiade d'agents secrets qui portent des pseudos de villes et tiennent des discussions sibyllines...

Je m'y perds; je lis plus vite....
Ah oui !  je le retrouve ... James ! des armes, des embuscades, des attaques, des morts , du carnage....
Bof.... allez, je survole ! et les héros s'en sortent toujours, bien sûr...
Je survole, c'est l'expression qui convient...  Que de décollages et d'atterrissages, que de voyages ! 
Marc Levy connaît son Jules Verne sur le bout des doigts : Londres, le camp de base,  avec des personnages à la Phileas Fogg, les clubs remplacés par la très sérieuse Académie Royale.
Et il nous refait le  Tour du Monde , mais pas en 80 jours.... après Londres, la Grèce, la Chine,  et  j'en passe... avant de retrouver  Michel Strogoff  dans le Transsibérien... escale donc ... en Sibérie (tu suis, lecteur-trice ? ?)   et camp de base sur les étendues glacées du nord de l'Oural... re-saut de puce en Europe avant la chaleur des hauts plateaux éthiopiens....
Ouf ! ça me fatigue !!  jamais un bobo, une blessure....ils vont  bien.

Et tout ça dans quel but ? J'ai oublié de te dire que les deux héros sont une archéologue et un astrophysicien.... y a de la découverte des origines du monde là-dessous.... ou en point de mire.

Oui, bien sûr, mais je ne pourrais pas t'en dire plus, parce que je n'ai pas tout compris : si, une chose : le premier humain fut une humaine et elle est venue de l'univers !!!
MAIS :
1. Premier écueil dès la page 45 et les suivantes
:
Mianyang, Chine; Adrian recherche Keira qu'il croit morte... il la retrouve recueillie par des Lamas thibétains.... c'est tendance ! sauf que page 88 il se réveille à l'hôpital à Athènes ! Apparemment il a déliré tout l'épisode en Chine. C'est bien possible mais, même le roman terminé, je n'ai toujours pas compris l'utilité du passage dans l'intrigue.... tu as dit "tendance" ?
2. Plus ennuyeux :
je ne comprends ni le dénouement ni l'épilogue : les soixante dernières pages se lisent vite, on a hâte de savoir...
MAIS : que sont réellement devenus les fameux fragments de "pierre"?
Adrian et Keira ont-ils trouvé le chaînon manquant, le quatrième (qui m'a échappé à moi ) ?
Adrian les a-t-il vraiment jetés dans le lac ?
mais alors, quid du médaillon d'Iris ?
et quid de la dernière lettre d'Ivory ?

Non, je te dis, je ne comprends rien.... et pourtant je les ai relues les soixante dernières pages, en détail et avec la loupe de Sherlock Holmes...
Mon cerveau serait-il aussi rouillé que ma cotte de mailles ?
Mon seul espoir, lecteur(-trice), si tu as lu ce roman et si tu as  compris, souffle-moi la solution....

 

Publié dans Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article