La Rafle

Publié le par B. Lisama

 

 

Ca commence comme un gag, lecteur(-trice)....

 

Petit séjour en province (vive la retraite !)

j'entre dans un "complexe cinématographique" que je ne connais pas.

A la caisse, je demande une place pour Immortel,

histoire de me détendre devant un bon polar sanguinolent, d'après mes infos.

 

"- Salle 6, première à droite" me lance sèchement

la revêche caissière que je dérange visiblement.

 

Je remballe ma cotte de mailles

et une réplique aussi sarcastique qu' inutile ....

 je me dirige vers la salle en question.

 

Je pousse la lourde porte à deux battants,

la première à droite,

 tout en remarquant un 6 dessiné à la façon d'un 5.

 

Et je me dirige comme je peux dans la pénombre de la salle

 éclairée par les lueurs de quelques pubs sur l'écran.

 

Pas grand monde... c'est un lundi après-midi...

 

ok, j'arrête de te narguer, lecteur(-trice),

qui bosse pour payer nos retraites....

 

 je m'assieds et j'attends mon thriller...


Sur l'écran je vois le nom de Jean Réno;

parfait; et............. des images de Paris en 1942;

 

tiens.... bizarre !!!!!! 

et, suite du générique, le titre du film : LA RAFLE...

 

les étoiles jaunes sur les vêtements des parisiens....

 

 

J'avais pourtant décidé de ne pas voir ce film,

car cette période de la deuxième guerre, je la connais 

au cinéma, dans les romans et dans les livres d'histoire....

et en tant que professeur de français,

j'ai passé bien du temps à sensibiliser mes élèves de troisième

à l'horreur des deux guerres du XXème siècle,

aux souffrances des soldats, des civils, des  pauvres gens livrés à la barbarie...

 

Les films, les romans, les chansons,

les lettres d'adieu de jeunes gens fusillés, lues au Mont Valérien,

directement par des collégiens à leurs camarades,

en situation et non pas sur commande officielle......

 

tout ça je l'ai fait en y mettant mon coeur et la force de mes convictions.

 

Donc pas La Rafle !!!!!!!!! ????

 

Et pourtant, lecteur(-trice), je suis restée,

je n'ai pas changé de salle,

 

séduite par les images légères des parisiens jeunes, vieux, enfants,

séduite par ce que montre si bien la réalisatrice Roselyne Bosch

de la vie avant la rafle du Vel D'Hiv. 

 

Je suis restée et j'ai pleuré....

 

 

D'émotion devant l'infirmière (Mélanie Laurent) et le médecin (Jean Réno)

qui se dévouent sans compter,

et devant les actes courageux de certains français.

 

De tendresse et de compassion pour ces pauvres gens, ces enfants.

 

De honte et de colère devant Pétain, ses acolytes,

les gendarmes, les français  “cons” et bourreaux.

 

Comment peut-on traiter ainsi des êtres humains ?

Comment peut-on prendre de telles décisions ?

Comment peut-on obéir à des ordres infâmes ?

 

Et aussi de peur, de peur que recommencent ces agressions barbares,

ce harcèlement, cette inhumanité....

ce qui a existé voilà 68 ans,

 qui existe ailleurs dans le monde,

et qui pourrait se reproduire chez nous si on n'y prend pas garde 

quelle que soit la minorité opprimée !! 

 

C'est un film extraordinaire,

qui montre avec beaucoup de sensibilité

les moments de joie, de vie simple et heureuse,

et les atrocités que des fous de pouvoir peuvent décider...

 

UN FILM A VOIR ET SURTOUT A MONTRER AUX JEUNES D'AUJOURD'HUI

 

Alors, mes ex-collègues, professeurs de français, d'histoire et autres.....

 il faut absolument prévoir

si ce n'est pas déjà fait

une sortie cinéma

pour vos élèves de troisième qui étudient cette période en cours.....

 

On vous dira que cela va encore une fois

compliquer la vie de l'établissement,

(surtout la vôtre d'ailleurs)

supprimer quelques indispensables heures de cours,

 

mais, vous et moi nous savons bien que

ce sera plus efficace pour qu'ils comprennent et se souviennent.....

pour en faire des êtres humains dignes de ce nom.

 

Merci à Roselyne Bosch, aux magnifiques acteurs  et figurants .....


Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lambert-coucot alain 04/05/2010 23:01



Bravo


De la réflexion, de la hauteur d idées face à  ces petits cons  qui osent prétendre vouloir gérer le Monde. 


Que reste t-il de notre capacité à contester, à refuser , à se battre ! rien ...


L'absurde et le médiocre auraient-ils définitivement gagner ... !


Non , il reste encore de l'espoir lorsque l on lit ce blog